Retour à l'accueil

Les Plaques d'Identité allemandes
1869-1918

Introduction

 

Partie I: Les premières plaques d'identité : modèles 1869 et 1878

 

Partie II: Vers une standardisation : la plaque modèle 1915

 

Partie III: Evolution des plaques d’identités : modèles 1916 et 1917

 

Partie IV: La frappe des plaques

 

Partie V: Le port de la plaque – cordons de suspension

 

Partie VI: Curiosités et « bizarreries »

VI. Curiosités et « bizarreries »

 

J’ai regroupé dans ce chapitre des plaques d’identité qui, soit se singularisent des modèles réglementaires par leur forme, soit qui présentent des inscriptions inhabituelles.

 

 

Cas (très) particulier des plaques rondes

 

Il existe un petit nombre de plaques circulaires qui, bien que n’ayant jamais été réglementaires, sont bien des plaques d’identités. Attention toutefois à ne pas les confondre avec des plaques d’indicatifs de ligne téléphoniques ou électriques. Pour reconnaître à coup sûr une plaque d’identité circulaire, l’inscription doit au minimum mentionner les 3 renseignements de base, à savoir l’unité, la sous unité et le numéro de matricule.

 

Ces plaques rondes sont assez rares, quelques chiffres suffisent à s’en rendre compte : ma base de donnée comporte à ce jour 604 plaques dont 226 sont du modèle 78. Or je n’ai recensé que 11 plaques rondes. Elles présentent un certains nombre de différences dans leurs dimensions et dans le nombre et la place des trous de suspensions. Il en existe de deux types : certaines mesurent environ 4 cm de diamètre et d’autres (encore plus rares) ne mesurent qu’environ 1,6 cm de diamètre. Quand aux trous de suspension, il peut y en avoir un ou deux. Dans ce dernier cas, ils peuvent être situés en haut de la plaque ou de part et d’autre.

 

Voici la liste (évidemment non exhaustive) des plaques rondes que j’ai pu recensé :

 

Inscription

Source

Remarques

2. ERS. BATL.

JR. 185

Meinlschmidt / Hesse

Régiment Badois créé début 1915.

Brgd. Ers.

Batl. 86.

Meinlschmidt / Hesse

Il en existe 2 exemplaires, les 2 sont de la 3e compagnie. Ce bataillon a servi à créer le JR 364 durant l’été 1915.

BRJR 4

Meinlschmidt / Hesse et Militaria Mag

Il en existe 5 exemplaires, dont 4 de la 9e  compagnie. Il en existe quelques exemplaires de 1,6 cm de diamètre et l’une d’entre elles est en fer. Régiment bavarois.

F.A.R. 27

Militaria Mag

Cette plaque du XVIe corps d’armée présente une inscription du type 1915 (avec le nom, la ville et la date de naissance).

ARM. BAT.

N° 84

Militaria Mag

84e bataillon de fortification.

1. E.B.J.R. 11

Collection personnelle

L’inscription précise le nom de ce soldat du J.R. 11 (le 2e de Silésie, VIe A.K.).

 

 

Selon toute vraisemblance, ces plaques sont des plaques provisoire ou de circonstance et peuvent être datées du début de la guerre.

 

 

Plaque ronde

Figure 41  : plaque mesurant 4 cm . Le nom de son porteur est indiqué. L’inscription mentionne son appartenance à une Genessenden komanie (compagnie de convalescent).

 

 

Plaque de circonstance

Figure 42 : minuscule plaque (31x16 mm) très curieuse qui peut être considérée comme une plaque d’identité « de circonstance ». 

 

 

Plaque de circonstance

Figure 43  : verso de cette même plaque. Le régiment est le Gren. J.R. 119 ( 119e Grenadier-Regiment Königin Olga, le 1er du Wurtemberg, créé en 1673). Le fait que l’inscription ne « rentre » pas complètement sur la plaque me laisse à penser que la gravure a été faite à l’aide d’un « tampon ».

 

 

 

Plaques avec numéros de matricules particuliers

 

L’une des informations permettant à coup sûr de reconnaître une plaque d’identité est la présence d’un numéro de matricule (Stammrolle). Chaque soldat se voit attribuer un Truppenstammrolle (matricule d’unité) et ces numéros se suivent de manière consécutive. Par exemple, un soldat portant le matricule 547 au sein d’un dépôt de recrues est le 547e soldat à avoir été affecté à cette unité. Ce numéro était reporté (entre autre) sur le livret militaire (Militärpaβ).

 

En temps de guerre, le matricule d’unité se voyait remplacé par un matricule de guerre (kriegstammrolle) qui fut attribué aux personnels déjà présents sous les drapeaux. Le principe d’attribution de ces numéros - notamment dans les unités de remplacement (Erstaz) et de campagne - est encore assez mal connu. En général les numéros de matricules comportent au maximum 4 chiffres. Il existe néanmoins quelques très rares plaques avec des matricules à 5 chiffres. Par exemple, un matricule n° 10000 signifie que dix mille hommes sont passés par l’unité concernée. Ce chiffre est considérable : au début de la Grande Guerre , un régiment d’infanterie à 3 bataillons (soit 12 compagnies plus une compagnie de mitrailleurs) comportait environ 3500 hommes.

 

 

Plaque modele 15

Figure 44  : plaque modèle 15 qui présente deux particularités remarquables. D’une part, la mention en toutes lettres du numéro de matricule (STAMMROLLE  NR.) et d’autre part la valeur très élevée de ce matricule : 16765.

 

 

Plaque modele 15

Figure 45  : autre plaque modèle 15 avec un matricule très particulier 8/24 dont la signification n’est pas clairement établie. Ce matricule correspond à son affectation de dépôt.

 

 

Plaque modele 15

Figure 46  : encore un matricule très curieux dont la signification n’est pas encore connue avec certitude. Cette fois ci, c’est un chiffre romain qui précède le numéro proprement dit : V 929. J’ai déjà constaté cette particularité sur un militärpass (voir ci après).

 

 

Figure 47  : militärpass d’un soldat avec une affectation de dépôt au J.R. 55 (le 6e de Westphalie). Le truppenstammrolle a été changé à la main en un kampfstammrolle (?), matricule de combat. Le matricule comporte un chiffre romain : 2908 VI comme sur la plaque précédente.