Retour à l'accueil

Les Plaques d'Identité allemandes
1869-1918

Introduction

 

Partie I: Les premières plaques d'identité : modèles 1869 et 1878

 

Partie II: Vers une standardisation : la plaque modèle 1915

 

Partie III: Evolution des plaques d’identités : modèles 1916 et 1917

 

Partie IV: La frappe des plaques

 

Partie V: Le port de la plaque – cordons de suspension

 

Partie VI: Curiosités et « bizarreries »

V. Le port de la plaque – cordons de suspension

 

Dès l’apparition du premier modèle de plaque d’identité en Allemagne, la manière officielle de la porter fut défini : elle devait être portée sur un cordon autour du cou. En revanche, ces textes ne donnent aucune description du cordon de suspension. Il est possible que pour le modèle 1869, le cordon de suspension était en cuir et, peut être, en soie pour les officiers, mais cela ne reste qu’une hypothèse.

 

Par la suite, les cordons furent réalisés en laine pour les hommes du rang et en soie pour les officiers mais, encore une fois, ceci ne fut pas formalisé dans les textes officiels. Ces informations proviennent de catalogues de Sociétés privées produisant des effets militaires (Cf. Yves Mouchet et Pascal Hesse). Les cordons étaient aux couleurs de la province d’origine du régiment (de même que pour les cocardes des casques à pointes par exemple).

 

Voici les différentes couleurs de cordons :

 

Couleur de cordon

Province

Noir et blanc

Prusse

Blanc et bleu clair

Bavière

Vert et blanc

Saxe (royaume et duchés)

Noir et rouge

Wurtemberg

Rouge et jaune

Bade

Blanc et rouge

Hesse

Noir, vert et jaune

Grand duché de saxe (Saxe Weimar)

Rouge, jaune et bleu

Mecklembourg

Bleu clair et jaune

Brunswick

Bleu et rouge

Oldenbourg

Rouge et jaune

Lippe Detmold

Rouge, bleu et blanc

Schaumbourg-Lippe

Vert foncé

Anhalt

Bleu foncé et blanc

Schwarzbourg

Noir, rouge et jaune

Waldeck et Reus

Blanc et rouge

Villes hanséatiques

Noir, blanc et rouge

Alsace-Lorraine

 

 

Toutefois, les plaques d’identités n’étaient pas systématiquement portées de façon réglementaire. Plusieurs photographies d’époque en témoignent. On connaît par exemple de petites pochettes en toile épaisse ou en cuir qui ont pu servir à y mettre la plaque d’identité. Ces pochettes, dont on ne connaît que très peu d’exemplaires, n’étaient pas réglementaires et étaient vraisemblablement achetées dans les foyers. On peut également imaginer qu’elles servaient à l’occasion de petits porte-monnaie.

 

La figure ci-dessous en montre un très bel exemplaire, avec une étiquette en tissu au nom d’un gefreiter du 21e régiment de Uhlan (le Sächs.3. Ulanen-Regiment Kaiser Wilhelm II, König von Preußen). Ces étiquettes étaient réglementaires sur certains effets militaires.

 

 

Figure 40  : pochette en cuir non réglementaire (achat privé) ayant pu servir à ranger une plaque d’identité (Dimensions : 73x78 mm).