Retour à l'accueil

Les Plaques d'Identité allemandes
1869-1918

Introduction

 

Partie I: Les premières plaques d'identité : modèles 1869 et 1878

 

Partie II: Vers une standardisation : la plaque modèle 1915

 

Partie III: Evolution des plaques d’identités : modèles 1916 et 1917

 

Partie IV: La frappe des plaques

 

Partie V: Le port de la plaque – cordons de suspension

 

Partie VI: Curiosités et « bizarreries »

III. Evolution des plaques d’identités : modèles 1916 et 1917

 

III.1. La plaque modèle 16

 

Le 16 novembre 1916 apparaît un nouveau modèle de plaque d’identité. Ses caractéristiques sont définies dans la directive 1727/8 16.B3.

 

La matière (tôle de zinc) et la forme (ovale avec 2 trous de suspension pour le cordon dans la partie supérieure) sont identiques au modèle 15. La directive mentionne une largeur de 6,8 cm mais en réalité, de très nombreuses plaques modèle 16 ont les mêmes dimensions que les plaques modèle 15 (7x5 cm). La nouveauté est que ces plaques doivent avoir, suivant l’axe horizontal, trois fentes de cassures afin de pouvoir séparer la plaque en deux morceaux.

 

Ces fentes de cassure doivent mesurer 18 mm de long sur 1 mm de large, avec un espacement entre elles de 3 mm et à 4 mm du bord de la plaque.

 

Plaque modele 16

Figure 18  : plaque modèle 16

 

 

Plaque modele 16

Figure 19  : verso de la plaque en figure 18. L’inscription correspond au 1er Régiment de la Garde à Pied, 9e compagnie.

 

 

Plaque modele 16 du 27EPB

Figure 20  : très belle plaque modèle 16 du 27e bataillon de remplacement de pionniers

 

 

Plaque modele 16 de la MwK 560

Figure 21  : le verso de la plaque fig. 20. Le soldat a été muté dans la compagnie de minenwerfer n° 52 (inscription assez rare à trouver sur des plaques d’identité). Cette compagnie, non enrégimentée, fut créée en 1915. J’ai utilisé cette même plaque pour réaliser le montage photographique de la première page. Sur ce montage, l’inscription en pierre (de la 312e compagnie de minenwerfer) est visible sur une très belle position de lance-mines au HartmanWillerKopf.

 

 

La nature des renseignements devant être gravés sur la plaque sont les mêmes que pour la plaque modèle 15. Cependant, ils doivent être gravés de manière identique sur les deux moitiés de la plaque. La surface d’écriture étant ainsi réduite de moitié, le verso de la plaque fut également utilisé pour inscrire des informations. En général, on trouve sur le recto les données personnelles (prénom, nom, adresse et date de naissance) ainsi que les abréviations de l’unité de dépôt alors que le verso est utilisé pour inscrire la ou les affectations de campagne. Il faut remarquer que les inscriptions sur les deux moitiés de la plaque sont toujours dans le même sens de lecture, contrairement à bon nombre de plaques de la deuxième guerre mondiale (qui ont très souvent des inscriptions tête bêche).

 

 

 

 

Plaque modele 16 du IR13

Figure 22  : plaque d’un soldat du Ersatz Bataillon Jnfanterie Regiment n° 13 (1er de Westphalie)

 

 

Plaque modele 16

Figure 23  : verso de la plaque figure 26 avec mention d’une unité assez rare, un Armierung Bataillon (bataillon de fortification).

 

 

Plaque modele 16

Figure 24  : plaque d’un Landwehr Jnfanterie Regiment qui a la particularité d’avoir un trou dans la moitié inférieure. Alors que la partie supérieure devait rester sur le corps du soldat tué au combat, la partie inférieure était restituée aux autorités militaires. Le troisième trou dans la partie inférieure était destiné à faciliter le transport des demi plaques.

 

Plaque modele 16 du IR 472

Figure 25  : verso de la plaque figure 24 avec mention du JR 472, régiment créé en 1917 à partir de régiments de Landwehr. Ce 472e est l’un des derniers régiments créés pendant la guerre (pour l’infanterie, la numérotation s’arrête à 478).

 

Plaque modele 16

Figure 26  : une autre plaque modèle 16 avec également un trou de suspension dans la moitié inférieure mais cette fois ci sur le côté.

 

Plaque modele 16

Figure 27: plaque d’une unité peu courante : Feld Lazaret 4. Gard. Tr. Ers. Abt. (Hôpital de campagne du 4e détachement de remplacement du train de la garde).

 

 

III.2. Transformations de plaques modèle 15 en plaques modèle 16

 

La directive définissant les caractéristiques de la plaque modèle 16 précise :

 

            « Les plaques d’usage courant, conformes au décret du 13 août 1915 [c'est-à-dire, le modèle 15], doivent être perforées sur l’axe horizontal le plus rapidement possible, puis frappées au verso des mêmes inscriptions de façon que les marques figurant sur chaque moitié soient complémentaires. »

 

Cela signifie très clairement que les plaques du modèle 15 doivent être adaptées aux formes et exigences du nouveau modèle. On rencontre ainsi assez fréquemment des plaques 15 modifiées artisanalement par les unités de dépôt ou les unités de campagne, la principale difficulté étant de réaliser les fameuses fentes de cassure. Elles sont particulièrement intéressantes car on peut voir de quelle manière les unités ont su (avec plus ou moins de réussite !) recycler les anciennes plaques. Ces plaques « adaptées » ont donc été réalisées après le mois de novembre 1916 et vraisemblablement jusqu’au début de 1917, jusqu’à l’épuisement des stocks.

 

 

Plaque modele 15 modifiee

Figure 28  : plaque modèle 15 (dimensions : 70x50 mm) adaptée au modèle 16. On constate que les fentes de cassure ne correspondent pas à celles du modèle 16. Ce soldat, de la classe 1910 a sûrement été « rappelé » fin 1916 ou début 1917. A noter les lettres GB devant la date de naissance (pour Geboren, né le…).

 

 

Plaque modele 15 modifiee

Figure 29  : verso de la même plaque.

 

 

Plaque modele 15 Modifiee

Figure 30  : autre plaque adaptée, du JR 149 (abwehr kompagnie)

 

 

 

 

Plaque modele 15 modifiee

Figure 31  : encore une autre mais les perforations ont été faites par des petits traits. L’image de gauche montre bien qu’il s’agissait au départ d’une plaque modèle 15, visible au trait qui séparait les inscriptions entre la partie haute et la partie basse.

 

 

 

Plaque modele 15 modifiee

Figure 32  : la photo ne le montre pas très bien, mais il y a effectivement 3 fentes de cassure réalisées artisanalement. Ce soldat né le 8 juillet 1897 fait partie de ceux dont je connais partiellement le parcours. Incorporé le 14 mars 1916 (à l’age de 18 ans !) il a fait partie, en tant que « Schütze », de la 3e compagnie de mitrailleuses du Reserve Jnfanterie Regiment n° 258 (ainsi qu’il est mentionné sur sa plaque). Il fut hospitalisé le 6 septembre 1917 au Reserve-Lazarett Wetzlar puis transféré au Reserve-Lazarett III Vereinslazarett Honnef Bonn le 2 octobre 1917 dont il n’est sorti que le 26 novembre 17 (plus de deux mois et demi tout de même…) avant d’être réintégré dans l’unité de dépôt (informations communiquées par le Krankenbuchlager).

 

 

III.3. La plaque modèle 17

 

Un dernier modèle de plaque - pour la première guerre mondiale - fut adopté le 16 septembre 1917 (directive 903 du Ministère de la Guerre , classée sous la référence 2377/8. 17. B3.).

 

Cette plaque (de 68 mm de large contre 54 mm de haut) est très proche du modèle 1916, la seule différence portant sur les dimensions des fentes de cassure. Elles doivent désormais avoir une longueur de 16 mm et être espacées entre elles de 5 mm (contre 3 pour la plaque 16) et à 5 mm du bord de la plaque. Par rapport à la plaque 1916, ces fentes de cassure ont donc été très légèrement raccourcies afin de renforcer la plaque et diminuer ainsi le risque de cassure accidentel.

 

Autre nouveauté, qui n’en est pas vraiment une puisque cette caractéristique avait déjà été observée sur des plaques modèle 16 : l’apparition d’un trou de suspension dans la moitié inférieure de la plaque pour faciliter le transport des demi plaques « récoltées » sur les corps des soldats morts. La position de ce trou (ainsi que celle des deux trous de la moitié supérieure) et l’épaisseur de la plaque sont également bien définies. La nature des inscriptions à y graver est identique à celle de la plaque modèle 16.

 

Dans la pratique, il ne semble pas y avoir eu de remplacement en masse des plaques 1916 par le modèle 1917, contrairement à ce qui s’est passé lors de l’abandon du modèle 1915. Il est assez difficile de reconnaître avec certitude une plaque modèle 17 car certaines plaques 1916 avaient déjà des dimensions et caractéristiques similaires. Bien qu’ayant été officiellement réglementaire au sein de l’armée allemande, les plaques d’identités du modèle 1917 ne sont pas reconnues par les historiens ni par les collectionneurs qui ne retiennent en général que trois modèles de plaques pour la période 1869/1918 : modèle 1869/1878, modèle 1915 et modèle 1916.

 

 

EN RESUMÉ

 

- plaques modèles 69 et 78 :  plaques généralement de petites dimensions (très variables) de forme ovale ou rectangulaire (rarement rondes) avec un ou deux trous de suspension (emplacement variables). Double marquage de l’unité (provincial et prussien) systématique (et en relief) sur les plaques 1869 et très fréquent (mais pas systématique) sur les plaques 1878. Utilisée jusqu’en septembre 1915.

 

- plaques modèle 15 : plaques ovales de dimensions approchant 70x50 mm avec deux trous de suspensions en partie haute de la plaque. Les marquages comprennent des données personnelles (nom, adresse…) et des informations liées aux mutations successives du soldat. Utilisée jusqu’en novembre 1916.

 

- plaques modèles 16 et 17 : plaques ovales de dimensions similaires à la plaque modèle 15 avec 3 fentes de cassure suivant l’axe horizontal. Deux trous de suspensions dans la moitié supérieure et parfois un trou dans la moitié inférieure. La nature des inscriptions est identique à celle des plaques modèle 15 mais elles sont reportées sur chacune des deux moitiés de la plaque (et écrite dans le même sens).