Retour à l'accueil

Les Plaques d'Identité allemandes
1869-1918

Introduction

 

Partie I: Les premières plaques d'identité : modèles 1869 et 1878

 

Partie II: Vers une standardisation : la plaque modèle 1915

 

Partie III: Evolution des plaques d’identités : modèles 1916 et 1917

 

Partie IV: La frappe des plaques

 

Partie V: Le port de la plaque – cordons de suspension

 

Partie VI: Curiosités et « bizarreries »

I. Les premières plaques d’identités : modèles 1869 et 1878

 

I.1. Le modèle 1869

 

Ce tout premier modèle de plaque d’identité apparaît officiellement le 29 avril 1869 dans l’article 110 du Sanitätswesen der Armee im Felde (Règlement sur le Service de Santé en Campagne) sous le nom de Rekognitionmarke (plaque de reconnaissance).

 

Les dimensions de la plaque (ainsi le matériau à utiliser) ne sont pas précisées dans le texte et dans la pratique, il n’y a pas eu de standardisation. En lisant la documentation, il semble que ces plaques avaient des dimensions comprises entre 40x30 et 46x36 mm.

 

Leur forme, en revanche est bien définie : elles sont rectangulaires, avec les coins arrondis et présentent une bordure en relief sur le pourtour. Elles avaient deux trous de suspension pour pouvoir mettre un cordon et ainsi pouvoir la porter autour du cou. Ces plaques étaient marquées des informations suivantes :

 

-          abréviation de l’unité

-          numéro de compagnie

-          numéro de matricule du soldat

 

Une caractéristique de ces plaques modèle 69 est qu’elles étaient pré inscrites en relief (abréviation de l’unité et un C. pour compagnie). Les autres marquages étaient réalisés en creux par le dépôt de recrue ou par l’unité recevant le jeune soldat. Autre caractéristique : l’abréviation de l’unité est double. Elle se présente de cette manière :

 

- un premier chiffre correspond au numéro « provincial » du régiment

- une lettre qui correspond à l’initiale de la province

- deux lettres qui sont l’abréviation de l’unité (J.R. pour Infanterie Regiment, H.R. pour Hussard Regiment, …)

- un chiffre qui, lui, correspond au numéro du régiment dans l’armée allemande

 

Exemples d’inscriptions sur plaque modèle 69 (les / sont là pour marquer un passage à la ligne) :

 

-          1.S.G.R. 10   //   5. C .   //   56    : 1er Schesisches Grenadier Regiment N° 10, matricule n° 56 (1er régiment de grenadiers de Silésie, 10e régiment prussien)

-          4.R.J.R. 30   //   6. C .   //  104    : 4e Rheinisches Infanterie Regiment N° 30 (4e régiment d’infanterie de Rhénanie, 30e régiment d’infanterie prussien, à ne pas confondre avec un régiment de Réserve)

 

Ces plaques sont de nos jours assez rares à trouver. Il faut remarquer que certaines étaient fabriquées en laiton (très rares). Enfin, il semble que ce modèle de plaque fut utilisé uniquement par la Prusse.

 

I.2. Le modèle 1878

 

Faisant suite à la plaque modèle 1869, un deuxième modèle apparaît le 10 janvier 1878 dans l’article 26 du KSO (Krieg Sanität Ordnung, Règlement sur le Service de Santé en temps de Guerre). Dans ce texte, le nom Rekognitionmarke n’apparaît plus mais il est remplacé par le terme Erkennungsmarke (plaque d’identité). L’article est accompagné de deux dessins illustrant deux plaques d’identités mais, comme pour la plaque modèle 69, sans aucunes précisions quand aux dimensions.

 

- 1ère plaque : rectangulaire aux bords arrondis avec un seul trou de suspension (dans la partie supérieure). Dimensions approximatives : 49x29 mm.

 

- 2e plaque : ovale avec deux trous de suspension (près des bords, à droite et à gauche). Dimensions approximatives : 47x27 mm.

 

La première plaque était destinée à devenir le modèle officiel et la seconde un modèle utilisé pour le réapprovisionnement des stocks.

 

Dans la pratique, on constate que ces deux types de plaques se sont côtoyés jusqu’à l’adoption de la plaque modèle 1915. Une quantité considérable de variantes ont existé. Ces divergences (aussi bien sur des plaques rectangulaires que ovales) portent sur plusieurs critères :

 

-          dimensions

-          nombre de trous de suspension du cordon (un ou deux)

-          position de ces même trous de suspension pour les plaques à deux trous (en haut et proche de l’axe vertical de la plaque, en haut et près des deux coins à droite et à gauche, sur l’axe horizontal à droite et à gauche de la plaque)

 

Les inscriptions portées sur la plaque étaient de même nature que sur les plaques modèle 69 à la différence près qu’elles n’étaient pas systématiquement en relief.

 

 

Plaque modele 1878 de RIR74 

 

Figure 1  : plaque du Reserve Infanterie Regiment 74 dont la forme (sinon les dimensions : 52x31 mm) correspond au modèle présenté dans le paragraphe 3 de l’article 26 du KSO.

 

 

Plaque modele 1878 de la Garde

Figure 2  : plaque de la 8e compagnie de pionniers de campagne de la division de la garde (G.D. FELD. PI. 8.KP.). Dimensions : 49x32 mm.

   

 

Plaque modele 1878 d'une colonne de munition d'artillerie

Figure 3  : grande plaque ovale (60x41 mm) d’une colonne de munition d’artillerie de la division de réserve de la garde

 

 

Plaque modele 1878 du 2e Rgt de la Garde

Figure 4  : une plaque du 2e Régiment de la Garde à Pied qui a la particularité d’indiquer le nom du porteur de la plaque (dimensions : 49x33 mm)

 

 

Cas particulier des plaques d’officiers : les plaques de hommes du rang et des sous-officiers étaient fournies par l’armée mais les officiers (y compris les officiers médicaux, les vétérinaires et les fonctionnaires supérieurs affectés à l’armée de campagne) devaient acquérir leur plaque par leurs propres moyens, auprès de fabricants civils. Sur les catalogues de certaines de ces Sociétés (qui fournissaient également des plaques à l’armée, pour les hommes du rang), on retrouve ainsi les deux modèles de plaques, rectangulaires ou ovales. Il semblerait que les plaques d’officiers étaient en métal argenté et exclusivement ovales. On trouve une assez grande diversité dans ces plaques, tant au niveau des dimensions que du style de frappe.

 

 

Cas des plaques bavaroises : les deux modèles de plaques (1869 et 1878) décrit ci-dessus n’étaient règlementaires que dans l’armée prussienne (à l’exclusion des contingents wurtembergeois, saxons et bavarois). Les bavarois ont adoptés en 1875 (le 17 mars) deux modèles de plaques : l’une rectangulaire (45x36 mm) et l’autre de forme ovale de taille assez petite (sans précisions quand aux dimensions).